Posteado por: alejandrolodi | 14 abril, 2010

Postulats sur l´interprétation astrologique

Alejandro Lodi

“La Lettre des Astrologues” Nro 56 (Solstice d´hiver 2009). Revue officielle de FDAF (Fédération Des Astrologues Francophones).

(Traduction de Muriel Rojas Zamudio)

Variablement nuancées, il existe deux positions basiques face au défi d’interpréter une carte natale. L’une d’elle est mécanique, déterministe, descriptive, classificatoire, littérale. Elle définit les caractéristiques de la personnalité d’une manière fixe et statique, tout en prescrivant “ce qu’il faut faire” et “ce qu’il faut éviter”. Ainsi, de ce point de vue, l’individu “est toujours le même”, et ne peut que “gagner ou perdre”, être heureux ou malheureux, récompensé ou puni par la vie, selon qu’il sait profiter ou non des moments favorables et éviter les malchanceux (les deux pouvant bien entendu être prévus par les astrologues). Fondamentalement, l’individu apparaît séparé des évènements extérieurs, dans une relation de peur et de conflit au monde, et depuis cette peur et cette méfiance envers la vie, l’astrologie émerge comme un outil de contrôle du destin.

Une autre manière de se positionner face à l’interprétation d’une carte natale part d’une conception de l’individu reliée au mouvement et au déploiement. De ce point de vue, la relation avec le destin s’avère dynamique, transformatrice et créatrice, dans le sens où ce que nous sommes profondément se révèle et se manifeste dans le lien avec notre destin. Ainsi, l’ardent désir de contrôler les évènements de notre vie cède devant la perception de ce que, en tentant d’éviter notre destin (car nous craignons qu’il ne coïncide pas avec nos désirs), nous éviterions la révélation de niveaux créatifs de notre être et conforterions notre identification à la peur, la méfiance et le contrôle.

Cet autre regard (voire cette autre astrologie) dissout les frontières entre monde interne et monde externe, puisque fondamentalement elle inclue le destin comme partie du processus psychique de l’être, plutôt que de le considérer comme quelque chose d’extérieur, de menaçant ou effrayant. Nos relations, évènements et expériences de la vie ne deviennent plus dans l’absolu hasardeux et fatals, sinon de profonds symboles liés au mystère, à la manifestation de l’inconscient, à la dynamique du processus psychique et, en définitif, au développement de la conscience.

Prenons le cas  hypothétique  de la carte natale d’un individu (que nous appellerons Carlos) ayant les caractéristiques suivantes:

  • Soleil en Vierge
  • Soleil opposé à Saturne
  • Soleil conjoint à Uranus
  • Ascendant  en Bélier

Selon la vision déterministe, fixe et statique, nous pourrions énoncer des définitions indiscutables au sujet de Carlos, mais rapidement nous tomberions sur des contradictions que nous ne saurions résoudre.

Par exemple, en raison de son Soleil en Vierge nous le définirions comme quelqu’un de pratique, logique, critique et pointilleux, préoccupé par l’ordre, le bon fonctionnement de la vie quotidienne, prêtant une attention particulière à la santé, l’hygiène ainsi qu’au maintien fidèle de ses us et coutumes. De telles caractéristiques s’avèreraient en affinités avec d’autres, par exemple les correspondances avec son opposition Soleil-Saturne qui nous parle d’une expression ordonnée avec un profond sens du devoir, des responsabilités et du sérieux.

Cependant, Carlos n’est pas seulement Soleil en Vierge opposé à Saturne, mais également Soleil conjoint à Uranus et Ascendant Bélier. Quelles caractéristiques ces autres aspects attribuent-ils à sa carte? Celles d’être une personnalité indépendante qui questionne les normes, rebelle et transgressive, disposée aux changements imprévus et soudains plutôt que de soutenir la tradition et la continuité avec le passé, d’être extravagante et téméraire plutôt que tiré à quatre épingles et prudente.

C’est là que cette approche tombe dans des définitions un tantinet contradictoires, vagues et inconsistantes: “vous êtes très sensé mais parfois vous faîtes des folies”, “vous avez une grande capacité d’investissement dans votre travail mais vous pouvez soudain avoir d’inexplicables coupures et abandons” ou “vous possédez un grand sens des responsabilités mais de déconcertants gestes d’imprudence”,etc. Ces définitions ne manquent pas de vérité, en partie, mais s’avèrent plates, sans relief, figées, sentences sans appel avec lesquelles il ne semble rien y avoir à faire, excepté profiter du “bon” et supporter le “mauvais” de ce stigmate fatal (peut-être un mauvais karma?) avec lequel le destin nous “sanctionne”.

Mais quel serait l’interprétation d’une même carte natale depuis un autre point de vue plus inclusif? Pour commencer, nous partirions du postulat que là où la carte semble montrer une contradiction se manifeste en réalité un paradoxe, un défi pour la confiance.

Notre point de départ sera de considérer que face à l’apparente contradiction décrite (individu prévisible, ordonné et adaptable en même temps que téméraire, novateur et indépendant) la conscience s’identifiera avec certains de ces pôles en apparente tension (c’est-à-dire que la personne “croira être” seulement l’une des deux caractéristiques); l’autre ne sera pas reconnu comme une qualité propre et sera donc inhibée, réprimée ou niée. De cette façon, ce trait de la carte qui se retrouve exclu de ce que l’individu “croit être” (ceci, dans son identité) sera finalement projeté sur le monde extérieur d’où il se manifestera sous forme de relations et situations du destin.

Nous pourrions dire que ceci arrive car, en vérité, la vie ne demande pas à Carlos d’être “une chose ou l’autre”, mais de développer une synthèse créative de ses deux tendances. Bien sûr ce n’est pas facile, cela implique que cette tache d’expansion, d’inclusion et de compréhension ne peut être menée à terme au niveau de nos identifications personnelles quotidiennes et habituelles (“ce que je crois être”) mais demande d’assumer le défi d’une transformation spirituelle (“m’ouvrir à ce que la vie révèle que je suis”).

Et c’est là que le contact avec la personne est nécessaire, qu’il faut connaître son histoire pour découvrir à quel pôle elle s’est identifiée et lequel elle a projeté. Cependant, nous pouvons émettre quelques hypothèses. Dans ce cas précis, si Carlos s’identifie au pôle “responsable, ordonné et prévisible” (c’est-à-dire si Carlos croit être “seulement cela”) peut-être nous parlera-t-il de son inexplicable attirance pour des relations un peu extravagantes ou incertaines, ou des évènements imprévisibles qui semblent mettre à terre toutes ses constructions, voire encore d’une certaine fatigue, “fatigue existentielle”, ennui ou manque d’enthousiasme pour la vie. Ceci révèle que tandis que Carlos s’efforcera d’accomplir ses fonctions et d’être conséquent avec ce que l’on attend de lui, il continuera en fait à sacrifier le potentiel de vitalité que son pôle créatif et autonome possède mais que Carlos “croit ne pas être”.

D’un autre côté, si Carlos s’identifie exclusivement à son ardent désir d’indépendance, liberté et rébellion, et qu’il est disposé à défier toute limite et autorité, il pourrait se plaindre d’un père qui “ne le laisse pas être” et dans lequel il ne voit qu’arbitraire et tyrannie; ou bien de problèmes de santé récurrents qui l’empêchent de laisser libre cours à son esprit d’aventure, ou de relations qui l’obligent à assumer des responsabilités forcées et à se charger d’injustes pénalités. Ceci révèlerait que tant que Carlos se sentira uniquement animé par son goût du non-engagement, de l’autonomie absolue et de l’expression individuelle sans conditions, en réalité il gâchera sa capacité à construire des structures pleines de vitalité et authentiquement solides en ne sachant pas combiner organisation et créativité.

Suivant notre logique, il apparaît clairement que ces liens ou situations du destin apparemment “extérieurs” favorise en vérité la rencontre de Carlos avec les qualités qui le constituent profondément mais que par peur, confusion ou conditionnements internes passés, il n’est pas capable de reconnaître. Le développement de cette découverte progressive, complexe et très souvent douloureuse de qui nous sommes à travers nos relations et destin, n’est pas autre chose que l’expérience du voyage de la conscience.

Anuncios

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

Categorías

A %d blogueros les gusta esto: